Mentions légales | Taille des caractères |

Salle de lecture

Administrées par le Département du Doubs, les Archives départementales sont installées depuis 1986 dans le quartier de Planoise, dans un bâtiment fonctionnel et spacieux à quelques minutes du centre de Besançon.

Les Archives sont ouvertes librement à toute personne souhaitant effectuer des recherches ou simplement rechercher une information.

L’ « invasion » du CROUS le 8 mars 1968


Dès le début de l’année scolaire 1967, certains étudiants militent pour l’abrogation des règlements en vigueur dans les résidences universitaires de La Bouloie et du quai Veil-Picard, qui interdisent notamment les visites des garçons chez les filles et inversement.

o Malgré les signaux favorables donnés au niveau ministériel pour répondre à une demande largement répandue dans les villes universitaires françaises, l’Association générale des étudiants bisontins (AGEB) organise le 28 mars 1968 une manifestation au Centre régional des œuvres universitaires (CROUS), chargé de la gestion des résidences.

Le motif principal ? La protestation contre la surveillance des résidents et contre l’envoi de courriers aux parents pour dénoncer la « mauvaise » conduite de leur fille. Il s’agit également d’obtenir du directeur du CROUS l’assurance que la « libre-circulation » entre les pavillons de filles et de garçons ne fera l’objet d’aucune sanction.
C’est dans ces conditions, devant le refus du directeur de garantir l’absence de sanction, que les étudiants présents s’emparent finalement de quelques documents (procès-verbaux du Conseil de discipline, lettres de parents de résidents donnant leur avis sur la « libre-circulation »), qu’ils brûlent peut-être, les informations données par la presse et par le directeur du CROUS au Recteur divergent sur ce point) dans la cour de la Cité U avec un cahier de veilleur de nuit de la Maison des étudiantes (où sont consignés les allers et venues et les infractions au règlement). La presse, un peu grandiloquente, évoque un « autodafé » …

téléchargez le document

o Dans les semaines qui suivent, suite aux plaintes déposées par le directeur du CROUS et le Recteur de Besançon, six étudiants considérés comme les meneurs sont inculpés pour destruction et vol avec effraction et voies de fait.
Les principaux syndicats enseignants font alors paraître dans Le Comtois du 5 avril un bref communiqué qui résume parfaitement la méfiance de ces organisations, partagée par les syndicats en général, à l’égard de « l’agitation désordonnée » des plus jeunes, qui risque de les priver « d’un appui précieux dans les masses populaires ».


téléchargez le document

o L’AGEB, fort logiquement, s’appuie, elle, sur l’inculpation pour entretenir l’agitation et appuyer ses revendications.

Même si le Recteur, dans un souci d’apaisement, retire sa plainte le 10 mai, l’épisode aura permis de fédérer une partie des étudiants autour d’un exemple concret de « répression » par le pouvoir, notamment lors de la première manifestation nationale unitaire du 3 mai.


 Sources : Archives départementales du Doubs, 2377W6, 1242W66.  


 

 Retour vers d'autres courts-métrages linéaires